C’est à la Maison de la Chimie que s’est déroulée les 6 et 7 juillet dernier, la 3ème édition du Salon du luxe de Paris.
Speakers de renoms et acteurs mondiaux du luxe étaient présents pour échanger autour des problématiques actuelles du secteur et contribuer à l’élaboration des penchants de demain.
Conférences, ateliers networking, dégustations de grands crus, un savoureux cocktail afin de passer un délicieux moment.

« Favorisons le retour des Maisons à l’essentiel » voilà ce qu’il faut retenir cette 3ème édition.

salonduluxe-paris-2016-02

Tous les acteurs du luxe se sont accordés à dire, toutes conférences confondues, qu’il était important de revenir à l’essence même des Maisons. Depuis quelques années, la quête de créativité est devenue supérieure à la quête de qualité, l’image du produit passe avant l’usage de ce dernier, l’élément de « surprise » est primordial face à l’amélioration et la vitrine prime sur l’atelier et la confection.
Aujourd’hui, la beauté, le respect du Savoir-Faire et la simplicité sont les éléments qui font à nouveau rêver.

Les grandes Maisons de luxe sont restées exemplaires pendant longtemps grâce à un engagement moral fort, des valeurs claires, et grâce également à une discipline et une rigueur inégalables. Aujourd’hui, il est primordial pour ces Maisons de faire à nouveau valoir cela tout en s’adaptant au changement du monde actuel.
On parle beaucoup de développement durable, qui, à première vue ne pourrait être concilié avec le luxe. En effet le luxe évoque la rareté, un certain côté secret qui ne pourrait pas forcément être en concordance avec le développement durable, et pourtant… « Il faut oser dire ce que l’on fait et ne pas avoir peur de la transparence. L’esthétique et l’éthique peuvent parfaitement se marier » voilà les mots que soutient Raffaella Rossiello, directrice internationale de la communication au sein de la maison Chopard. Raffaella précise que les clients attendent un luxe différent, un luxe où les valeurs centrales et propres à chaque Maison sont bien entendu visibles notamment en termes de qualité des produits, mais qu’ils attendent aussi une traçabilité et un rôle pédagogique.
Le développement durable n’est pas forcément perçu comme un critère d’achat, mais il incite de plus en plus les clients à se diriger vers les marques qui le prennent en compte. Paradoxalement aux critères reçus, notamment dans le luxe, les clients accordent plus d’importance et d’indulgence à une marque qui peut avoir des imperfections dues au développement durable qu’à une marque qui reste totalement opaque sur la traçabilité de ses produits. C’est ce qu’à constaté Chopard après avoir lancé « The journey », un programme ambitieux qui a pour but d’établir de nouvelles normes environnementales et sociales pour la bijouterie et l’horlogerie. « The journey » commence au début de l’alimentation de la chaîne et se concentre sur des questions qui touchent à l’approvisionnement respectueux des matières premières ou encore à leurs traçabilités.

Tout cela prend du temps, du temps à mettre en place, du temps pour l’enseigner, mais le temps est un des points clés dans le luxe. Il ne faut pas avoir l’impatience de mettre tel ou tel produit sur le marché. Un produit se façonne, l’histoire qui l’accompagne aussi. N’oublions pas qu’à l’origine, les Maisons de luxe ne faisaient pas partie d’un marché, mais étaient destinées directement et personnellement à des clients très fortunés. Le luxe garde une griffe, une empreinte, un label qui différencient une Maison d’une autre Maison et qui les différencient des marques industrielles, qui elles, reproduisent en quantité. Le luxe fait du sur-mesure et, encore une fois, le sur-mesure prend du temps. Bruno G.Cottard, vice-président de Jean Patou Paris nous précisait qu’il ne fallait pas moins de 9 mois pour réaliser un parfum sur-mesure, unique au monde. La création d’un parfum demande en effet tout un travail en amont; 10 interviews auprès du client seront nécessaires pour faire ressortir ses envies, ses souvenirs olfactifs, la façon dont il se voit dans la société, etc. D’une manière générale pour les Maisons de luxe, le but est de retranscrire la personnalité du client à travers l’objet créé pour du sur-mesure et d’intégrer également l’âme de la Maison.

Le « retour à l’essentiel » est donc primordial pour la durée de vie de ces Maisons de luxe.

salonduluxe-2salonduluxe-6salonduluxe-14salonduluxe-20

Author

Influenceur depuis 2006. Founder & CEO agencedesmediassociaux.com Marketing I Influenceurs I Lifestyle I High Tech Suivez moi sur twitter.com/cyril et instagram.com/cyril